7E JOURNEE DE COMMEMORATION DES VICTIMES DE CONFLITS MILITARO-POLITIQUES

Ce mercredi 11 mai 2022 au « Monument aux martyrs », s’est  tenue   la septième  édition de la « journée de commémoration des victimes des conflits armés en République Centrafricaine » sous le thème «  La réparation  des victimes une nécessité  pour la Paix ».   Instituée par le décret n°160.195 du 24 mars 2015 sur recommandation du Forum de Bangui, cette cérémonie qui a été présidée par le  Premier ministre,  Chef du gouvernement M. Félix MOLOUA  et d’un parterre d’invités a une fois de plus dessiné auprès des victimes un espoir de solution à leur quête de justice.


Cette journée de souvenirs, a été pour le Premier ministre  une occasion de réitérer la volonté de son gouvernement à œuvrer pour la lutte contre l’impunité. Dans son discours, il a indiqué qu’en acceptant d’instituer la Cour Pénale Spéciale dont la première session s’est ouverte il y a quelques et se poursuive encore, et la mise ne place de  la Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation, le gouvernement sous l’impulsion du Chef de l’Etat le Pr. Faustin Archange TOUADERA  a engagé les modes juridictionnels et non juridictionnels de paix et de réconciliation tout en privilégiant la réparation pour les victimes et le droit à la vérité pour une réconciliation nationale.


Pour les associations des victimes, leur droit ne doit pas seulement se résumer à une commémoration marquée par des discours et des dépôts de gerbe de fleurs mais par l’obtention de résultats probants à partir des mécanismes actuels de justice transitionnelle. La justice pour les victimes du passé signifie également qu’il y aura une justice pour les victimes actuelles des agissements des ennemis de la paix. La protection de la population civile doit passer non seulement par la prévention d’actes cruels, inhumains et dégradants envers cette population mais par une répression exemplaire et une garantie de non-réédition.

Ci-après la version sango

Lango mbrambra ti dango bê na ala a wara kpalé na ngoyé ti a bira na béafrica

 Na lango ti laso bikoua ota lango balé oko na oko ti nzé so, béafrica a sala matanga ti dango bê na ala so a ti na ya ti a kpalé ti biri na kodoro ti béafrica. Matanga ni a tamboula na séndé ti a Martyrs na gbata ti bangui na gbélé ti kojo gbélé gbia mokonzi ti govorma pakara Félix MOLOUA, na téré ti lo a zo mingui so a o kapa na ya matanga so.

Lango so a ba guigui na béafrica gbéna yé na ngou saki oko balé oko na ndo ni okou na péko ti a yé ti ngangou so a si na béafrica. Ngoyé so la so a yéé ti da bê na ala so koué si a wara  choni wala koui na ya ti a yé ti nganou wala biri ti poroso nga na ti a tourougou.

Kojo gbélé gbia a fa so ngoyé a mou légué na wa bafrica koué ti da bê ti ala nga ti ba tongayén si a lingbi ti kanga légué na a kpalé ti a yé ti ngangou na ya ti kodoro ni. Lo fa so govorma a sala ngangou koué si a za na séssé a  da déngo ngbangba nga na koundou ti ta téné nga na ngbanga ti mou légué ti téné a zo so a ba passi a wara déngo bê. Ti oundji na téné ti lo, lo téné so govorma a ngba lakoué ti sala ngangou ti kanga légué na akpalé si nga fadé bê ti a wa passé ti bira na béafrica a lingbi ti douti na nguiya.

7TH DAY OF COMMEMORATION OF VICTIMS OF MILITARY-POLITICAL CONFLICT

This Wednesday, May 11, 2022 at the « Monument to the martyrs », was held the seventh edition of the « day of commemoration of the victims of armed conflicts in the Central African Republic » under the theme « Reparation of victims a necessity for peace ». Established by Decree No. 160.195 of March 24, 2015 on the recommendation of the Bangui Forum, this ceremony, which was chaired by the Prime Minister, Head of Government Mr. Félix MOLOUA and an audience of guests once again drew victims a hope for a solution to their quest for justice.

This day of memories was an opportunity for the Prime Minister to reiterate the will of his government to work for the fight against impunity. In his speech, he indicated that by agreeing to establish the Special Criminal Court, the first session of which opened a few years ago and is still continuing, and the establishment of the Truth, Justice, Reparation and Reconciliation Commission , the government under the impetus of the Head of State Pr. Faustin Archange TOUADERA has engaged the jurisdictional and non-jurisdictional modes of peace and reconciliation while favoring reparation for the victims and the right to truth for national reconciliation .

For the victims’ associations, their right must not only come down to a commemoration marked by speeches and the laying of wreaths, but by obtaining convincing results from the current mechanisms of transitional justice. Justice for the victims of the past also means that there will be justice for the current victims of the actions of the enemies of peace. The protection of the civilian population must pass not only through the prevention of cruel, inhuman and degrading acts against this population, but through exemplary repression and a guarantee of non-republication.

Poster un commentaire

Les commentaires seront validés par l'équipe de modération avant d'être publiés.

Commentaires publiés

Pas de commentaire.

Autres articles :

LA PERCEE ECONOMICO-DIPLOMATIQUE DE LA RCA SE POURSUIT

RCA-AFD : 6,6 ET 9,8 MILLIARDS FCFA EN FAVEUR DES  PROJETS PURIC/IBOUMBI

LE CENTRE D’HEMODIALYSE DE BANGUI SERA BIENTOT EN  SERVICE

LE GOUVERNEMENT VEUT ACCELERER LE PROJET DE CONSTRUCTION DU PONT SUR LA RIVIERE NGOUBAGARA

Unité, Dignité, Travail

République Centrafricaine