COUP DE PROJECTEUR SUR LE PORTEFEUILLE DE LA BAD EN RCA

Tel est l’objet d’un atelier organisé par le  bureau de la Banque Africaine de développement (BAD), dans le cadre du renforcement  de la gestion des projets financés  par l’institution en Centrafrique. Placé sous le l’autorité du Directeur de Cabinet du Ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération M. Robert PANI, la cérémonie d’ouverture a eu lieu ce jour 14 octobre 2019 à l’école Internationale GALAXY à Bangui.

En effet,  dans son mot d’ouverture M. Hercule YAMUREMYE, Chargé de Programme Principal au bureau de la BAD en RCA,  a fait savoir que  cet atelier est le résultat d’une collaboration entre plusieurs départements de la Banque , tels que,   l’Institut Africain de Développement (ECAD), le département du contrôle financier et de département de la gestion fiduciaire et financière de la politique d’inspection et de passation des marchés, pour ne citer que ceux-là.  il  vise  le  renforcement  des capacités du personnel de projets impliqués dans l’exécution, la gestion et le suivi des projets ainsi que les programmes financés par l’institution, afin de mettre en exergue des aptitudes, attitudes, compétences, politiques et services à fournir aux institutions et aux particuliers, tant à la Banque que dans les pays membres régionaux, dont la République centrafricaine.

Quant au Directeur de Cabinet, représentant personnel du Ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, M. Robert PANI,  il a indiqué que,  la mise en œuvre   intégrale des cinq (05)   priorités de la Banque Africaine de Développement nécessite le renforcement des capacités, c’est aussi l’occasion à jamais  pour les  agents d’exécution de  mettre en glabre  les contraintes, les difficultés liées à la mise en œuvre de  différents projets appuyés par la  BAD.

Rappelons que cet atelier, qui va durer  cinq jours a regroupé plusieurs responsables et techniciens des projets financés par la Banque Africaine de Développement en République centrafricaine. Les participants auront à débattre les points saillants tels que : la faible qualité à l’entrée des projets ;  la question des longs délais de passation de marchés et la faiblesse de la gestion des contrats ; le problème du retard dans les décaissements et  la mise en œuvre ; le manque de suivi de proximité des projets par les ministères sectoriels et surtout la question de la mise en place des systèmes de gestion financières et du respect des exigences en matière d’audit  et de clôture des projets.

Poster un commentaire

Les commentaires seront validés par l'équipe de modération avant d'être publiés.

Commentaires publiés

Pas de commentaire.

Autres articles :

AVIS DE RECRUTEMENT D’UN CABINET D’ETUDES OU CONSULTANTS INDIVIDUELS POUR LA REALISATION DES ETUDES RETROSPECTIVES RCA VISION 2050

VERS LA VALIDATION DU RAPPORT SUR LE DEVELOPPEMENT SOCIAL EN RCA

SIGNATURE DU PROTOCOLE D’ACCORD POUR LE FINANCEMENT DU PROJET D’APPUI AU REDEPLOIEMENT DE L’ETAT CENTRAFRICAIN ET DES SERVICES ESSENTIELS (RESE)

L’A.N.E RECEPTIONNE LE 2E LOT DE DON CHINOIS

Unité, Dignité, Travail

République Centrafricaine