RCA : LE GOUVERNEMENT ET LES PARTENAIRES A PIED D’ŒUVRE POUR MECANISER ET TRANSFORMER LA CULTURE DU MAÏS

Le Ministre d’Etat en charge de l’Economie, du Plan et de la Coopération Internationale Félix Moloua en compagnie de ses collègues de l’Agriculture et du développement rural, M. Eric GREKOSSE  KAMOT,  de la  du Commerce et de l’Industrie Mme MBOUA née Léa KOYASSOUM-DOUMTA et le Représentant résident de la Banque africaine de développement M. MAMADI SOUARE, a effectué une visite de travail dans la matinée du samedi 17 juillet 2021 au village Ndangala,  situé à 35 km sur la route de Mbaïki, sur le site du champ maïs, pour évaluer l’état d’avancement de l’opération  de la culture mécanisée  de maïs lancée par le Gouvernement en partenariat avec la société nouvelle HUSACA  sur financement de la Banque africaine de développement (BAD).

En effet, en vue de réduire la pénibilité et pousser à la mécanisation et transformation industrielle,  la culture du maïs en République centrafricaine,  le Gouvernement sous la clairvoyance du Président Faustin Archange  Touadera  à travers le Plan National de Consolidation de la Paix en Centrafrique (RCPCA) avait engagé une opération efficiente avec l’appui des Partenaires Techniques et Financiers  pour  accroître les investissements dans le secteur. Raison pour laquelle une phase test a été lancée sur quatre axes à savoir  Mbaïki (Ndangala, Bimo), Mboko (village Landija), Damara (villages Léya KPABARA) et l’axe Boali ( Borossé, KPAKATEKE et autres).

Dans son message aux groupements bénéficiaires de ce programme le membre du Gouvernement a fait savoir qu’aujourd’hui, alors que sa population devrait doubler d’ici à 2050, la RCA doit abandonner la houe en faveur des technologies modernes, qui sont beaucoup plus efficaces.

Selon lui,   pour la transformation économique dans le  pays, il est essentiel de passer des exploitations de subsistance à petite échelle aux exploitations mécanisées plus viables sur le plan commercial.

Sans agriculture mécanisée, la productivité souffre considérablement, réduisant les revenus des agriculteurs, c’est pourquoi il est important de  chercher  à promouvoir la transformation  agricole  afin d’améliorer la sécurité alimentaire.

Nul n’est plus  besoin de rappeler que le pays  dépense depuis de  sommes  exorbitantes  par an en importations alimentaires.

Il est temps pour l’a RCA  de repenser la houe.   C’est le moins que l’on puisse dire. 

Brice-Devalor OUATEBOT/

Poster un commentaire

Les commentaires seront validés par l'équipe de modération avant d'être publiés.

Commentaires publiés

Pas de commentaire.

Autres articles :

RCA-BANQUE MONDIALE : L’APPUI BUDGETAIRE 2021-2023 AU CŒUR DE DEBAT

A PROPOS DE LA RENCONTRE DU MINISTRE D’ETAT FELIX MOLOUA AVEC LE REPRESENTANT RESIDENT DE LA BDEAC

PROJET MAÏNGO: UN CADRE STRATEGIQUE POUR BOOSTER LE CAPITAL HUMAIN EN RCA

INAUGURATION DU LYCEE MODERNE DE MISKINE COUPLEE AVEC LA RENTREE SCOLAIRE 2021-2022

Unité, Dignité, Travail

République Centrafricaine