RÉUNION SUR LA RELANCE DE LA FILIÈRE MAÏS

Le Ministre de l’Économie, du Plan et de la Coopération Félix MOLOUA a présidé ce vendredi dans la salle de conférence du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural la traditionnelle réunion technique sur la relance de la filière maïs en présence de son collègue M. Honoré FEÎZOURE , du Recteur de l’Université de Bangui M. SISSA MAGALET,  du  Directeur Général de la Société Nouvelle HUSACA M. Raed HARIRI et des cadres sectoriels.

Dans son propos  liminaire, le Ministre Félix MOLOUA a fixé les objectifs suivants pour l’efficacité de la relance de ce secteur à savoir :

  1. Amélioration du panier de la ménagère ;
  2. Production de la bonne semence, pour aune augmentation de la production ;
  3. Valorisation de la recherche scientifique ;
  4. Valorisation de l’industrie Agro-Alimentaire, le cas de SN-HUSACA.
  5. Valorisation des produits domestiques et de leur filière par la création d’emplois et de la chaîne des valeurs.

Le Membre du Gouvernement a  rappelé aux participants le grand thème de la conférence pour l’émergence de l’Afrique qui s’est tenue à Dakar au Sénégal au début du mois de janvier 2019 qui a porté sur « la promotion du secteur privé comme moteur de l’émergence ».

Il a insisté sur l’objectif gagnant-gagnant par un satisfecit à l’endroit de LASBAD dans le cadre de l’expérimentation de la production du pain à base des céréales de maïs et d’encourager que ce genre d’initiative permettra la création de richesse à partir des ressources domestiques afin d’augmenter le niveau des investissements internes.

Ensuite de relancer que le débat relatif à cette réunion se portera principalement sur :

La mise en place d’un comité de réflexion pour l’amélioration du circuit de la filière maïs depuis sa production jusqu’à son écoulement ;

La réflexion avec LASBAD sur l’expérimentation de la production du pain et surtout sur son prix qui devrait être inférieur au prix fixé actuellement prenant en compte le facteur importation des matières premières.

La réflexion avec SN-HUSACA sur les boulangeries qui seront choisies à titre de production.

La participation du Ministère de la Santé Publique et de la Population sur la réflexion de la valeur nutritionnelle liée à la  valeur de ce pain.

Les retombées en terme de ressources financières quant à la recherche de LASBAD

Le Ministre MOLOUA de continuer que la hausse  de la Production permettra d’améliorer la balance commerciale et de surcroît la balance de paiement.

Pour finir, le Ministre  de l’Economie, du Plan et de la Coopération veut encourager la production et la consommation locale par ce slogan : « produisant ce que nous consommons et Consommant ce que nous produisons »

Pour le Ministre Honoré FEIZOURE, l’amélioration de la filière ne peut se réaliser que  par l’amélioration des semences  dont le leadership est assuré par l’ICRA.

L’encadrement des producteurs et l’entreposage des semences doit être pris en compte et de considérer qu’une importation de tonnes de semences peut servir à une surface de 1000 hectares et pour cela l’encadrement des producteurs doit être fait par l’ACDA.

Il a ajouté qu’une cartographie des zones de productions ont été identifiées dans les périphéries de la capitales et en bordures des cours d’eau pour la facilitation de la culture, il s’agit de : des sites de Landja et Mboko à Bimbo dans la sous-préfecture de l’Ombella M’poko, le site de Vodambala, Sô, Djebel  vers la route de Damara, les sites de Adecaf vers Kpalongo sur le route de M’baîki et enfin le site de Kombo sur la route de Boali.

L’amélioration de ces différents sites permettra de disposer d’une surface cultivable de 20 milles hectares favorables à une production mécanisée. Pour cela il a émis les vœux que les Directeurs Généraux de ICRA, ACDA et les Responsables de LASBAD doivent être fortement impliqués sur la réflexion de la faisabilité et de la réussite de ce projet.

Dr. SILLA SEMBALLA, le Doyen et Coordonnateur de LASBAD a fait part de l’expérience leur structure en ce qui concerne la production  du pain à base de la farine  de maïs fortifiée depuis 2008-2009.

A titre de rappel il a annoncé que les dépenses d’importation de blé coûtent annuellement entre 15 et 17 milliards de FCFA à la République Centrafricaine et que la substitution d’une part importante du blé dans la production du pain et d’autres aliments dérivés du blé par la farine  de maïs peut faire une économie, et cette économie pourra être orienter  dans le soutien aux producteurs locaux et par conséquent dans l’amélioration de leur revenu et dans l’élargissement de l’assiette fiscale de l’Etat.

Il a aussi annoncé que 1500 fiches  d’informations ont été distribuées à un échantillon de consommateur de ce pain expérimental et qu’environ 90% des résultats ont été un satisfécit.

Quatre Axe ont été définis pour la production des aliments à partir de la farine de maïs :

Pour cet axe, le Gouvernement peut prendre la décision de réduire de 50% la part du blé dans la production de ces aliments. La baguette de pain dénommé « kanga-bè » 125 g ne doit pas dépasser 100 FCFA.

Une expérience en laboratoire sur une composition de 50% de farine de manioc et 50 de la farine de maïs a été réalisée et une composition de  de 60% de farine de manioc et 40% de la farine de maïs. Un échantillon 250 consommateurs ont donné un avis favorable selon LASBAD.

Pour la farine infantile  encore appelé « Iri-nzara » pour la boulie des enfants de moins d’un (01) an. La composition scientifique de cette farine peut être de 50% de maïs, 25% d’haricot et 25% de blé.

La forte production de la farine fortifiée peut permettre une exportation vers le pays comme le Soudan qui est dans le besoin. Le problème de l’écoulement de cette production ne se pose pas.

Il a ajouté que LASBAD n’a que la formulation de la composition des produits et pour cela, il peut offrir des formations des cadres techniques des entreprises dans le domaine.

Poster un commentaire

Les commentaires seront validés par l'équipe de modération avant d'être publiés.

Commentaires publiés

Pas de commentaire.

Autres articles :

LE DG ICASEES FAIT LE POINT SUR L’ETAT D’AVANCEMENT DES ACTIVITES DE L’ENQUETE PAR GRAPPE A INDICATEURS MULTIPLES (MICS-6) AU GOUVERNEMENT ET AUX PARTENAIRES TECHNIQUES ET FINANCIERS.

LE MINISTRE FELIX MOLOUA RECOIT MME NATHALIE BOUCKLY DU PNUD

LA PROTECTION SOCIALE AU CENTRE DE PREOCCUPATION DU GOUVERNEMENT ET DES PARTENAIRES

QUELQUES ELEMENTS SATISFAISANTS DU MINISTRE MOLOUA AUX PREOCCUPATIONS DE LA COMMISSION FINANCE, ECONOMIE ET PLAN A L’ASSEMBLEE NATIONALE

Unité, Dignité, Travail

République Centrafricaine