REVUE DES GOUVERNEURS DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT EDITION 2O2O

Le Ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération M. Félix MOLOUA, Gouverneur de la Banque Africaine de Développement pour la République Centrafricaine, a déclaré que « le chômage et le sous-emploi des jeunes demeurent des problèmes clés et constituent un défi majeur à relever à l’heure actuelle».

Cette déclaration est faite virtuellement ce lundi 24 août 2020, simultanément avec les autres gouverneurs des cinquante-quatre (54) pays Africains, membres du Groupe de  la Banque Africaine de Développement (BAD), lors de la revue des Gouverneurs organisée sur le thème « Créer des emplois décents pour répondre à l’explosion démographique de la Jeunesse ».

Pour justifier cette déclaration le Ministre Félix MOLOUA a indiqué que le Gouvemement centrafricain déploie des efforts pour faciliter la mise en couvre de la Politique Nationale de l’Emploi et de la Formation Professionnelle (PNEFD) pour assurer durablement l’édification d’une société plus juste, équitable à chaque citoyen centrafricain, qui doit être dans les conditions d’obtenir un emploi décent afin de subvenir à ses besoins.

Poursuit-t- il que la création d’emplois productifs pour les jeunes permet d’améliorer leurs conditions de vie ainsi que leur participation à la croissance de l’Afrique et sa transformation économique. Ainsi, toute la problématique consiste aujourd’hui à promouvoir des actions visant à adapter des politiques, des stratégies, des programmes et projets qui sont favorables à la jeunesse, à leur développement, à l’entreprenariat et à la création d’emplois.

C’est pourquoi, le Gouvemement centrafricain déploie des efforts pour faciliter la mise en couvre de la Politique Nationale de l’Emploi et de la Formation Professionnelle (PNEFD) pour assurer durablement l’édification d’une société plus juste, équitable à chaque citoyen centrafricain, a-t-il fait savoir.

Il faut noter que l’objectif général de  la Politique nationale de l’emploi et de la formation professionnelle (PNEFP) est de contribuer à la création et à l’accroissement des opportunités d’emplois décents contribuant ainsi à une croissance économique forte.

De manière spécifique, la Politique nationale de l’emploi et de la formation professionnelle PNEFP consiste à placer l’emploi au centre des préoccupations macro et sectorielles ; renforcer l’employabilité, instrument d’amélioration de la capacité d’absorption de la main d’œuvre ; développer l’entreprise privée et programmes spécifiques de création d’emplois ; renforcer la bonne  gouvernance et améliorer l’information sur le marché du travail et développer le dialogue social et la protection sociale.

Le document cadre de la politique nationale de l’emploi et de la formation professionnelle (PNEF) a mis en évidence les opportunités créatrices d’emplois productifs et décents dans les secteurs de l’agriculture, des mines, de la forêt et des infrastructures qui constituent un bassin du marché du travail.

Autrement dit, le but recherché à travers cette revue tripartite des acteurs du monde du travail en République Centrafricaine vise entre autres à assurer une protection adéquate du capital humain contre cette pandémie, afin d’impulser une dynamique de croissance économique des entreprises, sources des emplois décents et productifs de réduction du taux de chômage.

L’Afrique subsaharienne affiche la plus importante explosion démographique de la jeunesse dans le monde entier, et le nombre des jeunes devrait augmenter de 42,5 millions entre 2010 et 2020, selon la Banque Mondiale, a précisé M. le Ministre. Tout en ajoutant que les tendances actuelles montrent que cette explosion démographique aura lieu dans les pays de l’Afrique de l’Ouest, de l’Afrique Centrale et de l’Afrique de l’Est. D’ici 2040, le nombre de jeunes Africains qui accèderont au marché du travail excèdera celui dans le reste du monde.

Par ailleurs, l’Afrique subsaharienne affiche l’un des taux de chômage les plus élevés dans le monde car plus de l2% des jeunes Africains sont présentement sans emploi ou sous-emplois. A cet effet, le continent africain devra créer plus de 18 millions d’emplois par année jusqu’en 2040, afin d’absorber les nouveaux venus sur le marché du travail. D’après l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), l’agriculture fait partie des sources d’emplois potentielles les plus viables pour les jeunes.

En effet, la Banque Mondiale prévoit que d’ici 2030, l’Agriculture et le secteur agroalimentaire en Afrique prendront de l’expansion et deviendront une industrie de mille milliards de dollars américains. De plus, on prévoit que la valeur des marchés alimentaires de l’Afrique augmentera et passera de 313 milliards de dollars en 2010 à plus de mille milliards de dollars en2040.

Dans le contexte actuel marqué par les effets néfastes engendrés par la pandémie de COVID-l9, le Gouvernement représenté par le Ministère en charge du travail en collaboration avec les partenaires sociaux, notamment les Représentants des Organisations des Travailleurs et celles des Employeurs dans une dynamique de dialogue social sont en train de développer des plateformes de lutte concertée contre cette crise planétaire.

Nina GBAGBO

Poster un commentaire

Les commentaires seront validés par l'équipe de modération avant d'être publiés.

Commentaires publiés

Pas de commentaire.

Autres articles :

LE DG ICASEES FAIT LE POINT SUR L’ETAT D’AVANCEMENT DES ACTIVITES DE L’ENQUETE PAR GRAPPE A INDICATEURS MULTIPLES (MICS-6) AU GOUVERNEMENT ET AUX PARTENAIRES TECHNIQUES ET FINANCIERS.

LE MINISTRE FELIX MOLOUA RECOIT MME NATHALIE BOUCKLY DU PNUD

LA PROTECTION SOCIALE AU CENTRE DE PREOCCUPATION DU GOUVERNEMENT ET DES PARTENAIRES

QUELQUES ELEMENTS SATISFAISANTS DU MINISTRE MOLOUA AUX PREOCCUPATIONS DE LA COMMISSION FINANCE, ECONOMIE ET PLAN A L’ASSEMBLEE NATIONALE

Unité, Dignité, Travail

République Centrafricaine